© 2019 tous droits réservés - Bruno Deck

Cercles de paroles

Etonnants massages – étonnants voyages. Sans guides autres que ceux de cette conscience universelle, qui nous amène à quitter notre quai, notre rade, pour autoriser l’eau à nous emporter. Mouvement limpide de dérade. En confiance. Parce que les seuls démons présents ne sont que les nôtres, qui nous accompagnent jour après jour, les seules fées qui nous éclairent sont celles déjà à nos côtés le jour de notre naissance, les seules puissances tutélaires qui nous accompagnent parfois nous encadrent depuis toujours, comme tuteurs, guides, veillant sur nous avec amour. Et qu’il est bon, parfois, de se connecter à eux tous. Pour les écouter nous dire. Nous raconter.

Voyages qui permettent d’ouvrir le champ, de regarder le grand bestiaire de la vie, le grand livre des fleurs s’épanouir, de regarder notre place infime et la fragilité de nos pas sous une canopée nourricière, faites d’entités diverses qui nous couvent du regard, et se détournent tout aussi facilement. Nous sommes nus, incroyablement nus, face à un destin qui nous voit comme fétus. Mais dans ce mouvement emporté, il nous est possible, parfois, de trouver des ancrages, des images fortes, une légitimité, une existence qui prend sens. Pas toujours où on l’attend, le sens en est aussi volatile que la poussière dans le vent, mais comme celle-ci, il peut, par sa densité, accrocher la lumière, l’espace d’un instant. Et infléchir un peu la perception de notre vie.

J’ai écouté dans le silence revenu le murmure des témoignages, de ce qui a été vécu, traversé, connecté, percuté aussi. J’ai aimé ces paroles que j’aimerais entendre plus souvent, celles qui parlent de soi, du fond de soi, de notre fragilité, de notre force, qui parlent de l’absolue nécessité de nous écouter pour nous comprendre et nous aimer. Et je rêve du jour où cette conscience de soi et de l’autre se répandra à la surface du monde, comme une marée de paix, nettoyant et lavant les miasmes de la méconnaissance, de l’ignorance, de la méfiance. De la défiance de soi.


Bruno DECK - 07 mai 2019