Revenir au massage


Pourquoi le confinement nous laisse quasi en manque de toucher ?


Hervé Pechot ( http://www.lecorpsdutoucher.com/articles/toucher.shtml), journaliste écrivain dans un article paru en 2004 écrit : Il (le toucher) est essentiel à la construction de la personne parce qu'il nous révèle à notre humanité ; c'est-à-dire à la réalité de notre conscience physique. Un enfant non touché n'a pas conscience de son incarnation. Sans toucher, il ne peut y avoir de présence à la matérialité du corps. Il en est le déclencheur’


Et c’est bien le geste du toucher que Michel Ange a peint sur le plafond de la Chapelle Sixtine, pour signifier que Dieu donne vie à Adam. Le toucher est la condition première de l’accès à un potentiel état de vie. Avec un « avant-naissance » tout en contact, contenu et protecteur, et un « après-naissance » où l’univers a complètement explosé, mais où ce contact, ce mince fil de contact avec le père ou la mère établit une continuité d’importance majeure. D’autant plus majeure qu’il sera dorénavant incomplet, discontinu.


Hervé Pechot dit encore « Le corps touché est la caisse de résonance, le réceptacle qui produit les informations de la conscience. Il n'y a pas de corps sans informations ni de transmission sans corps. C'est le lieu d'échanges entre moi et le monde, visible et invisible ».


Et ce travail de toucher, de connexion, ne devrait jamais s’arrêter, puisque « Le corps ne peut développer ces qualités que s'il est exercé au toucher. Le toucher engendre la sensibilité du corps et de la conscience parce qu'il les joint et qu'il développe les perceptions, c'est-à-dire la capacité de voir au travers. Il conduit à faire les liens entre moi et mon corps, moi et l'autre, l'intérieur et l'extérieur de moi… »


Or dans ce monde, les étapes de contact, de mise en contact sont avant tout les étapes de sociabilisation et d’apprentissage (l’école), de rapprochement amoureux et sexuel, de contacts plus distanciés et codifiés (sport, clubs divers), avant de déboucher sur la vieillesse, où l’absence de contact rejoint la transparence. Le confinement nous a inscrit dans cette transparence, et il est urgent pour chacun d’entre nous de compenser, ou plutôt de décompenser et de revenir à un monde de contacts.


De revenir au silence et au calme du geste, dans la bulle dédiée du massage tantrique.

Posts récents

Voir tout

La route de soi

J’ai rarement entendu qqch d’aussi beau que « La Fontaine de Bakhtchisaraï », poème écrit par Pouchkine en 1824. Et pourtant, la lecture de ce poème était en russe, langue que je ne connais pas. Je me

La tentation de la grâce

Nous vivons blottis au sein de nos cocons, qui nous protègent, nous isolent. Nous nourrissent aussi. Cocons flottant dans l’espace, à distance les uns des autres, en contact parfois, s’intriquant auss

Macare

« Le Grand Mort » (auteurs Régis Loisel, Jean-Blaise Djian, Vincent Mallié) est une BD sur la destruction du Grand Monde (le nôtre) en vue de sauvegarder le Petit Monde, pour rétablir l’équilibre glo

© 2019 tous droits réservés - Bruno Deck